Tél : 04 42 18 54 64

Exploration et chirurgie de la stérilité

Quand parle-t-on de stérilité ?

La définition médicale de l’infertilité est « l’absence de conception après 12 à 24 mois de rapports réguliers ». On estime, en tenant compte du taux de fécondité naturelle dans l’espère humaine (25 à 30 % de grossesses par cycle), qu’en France 15 à 20 % des couples présentent une difficulté à la conception, les facteurs masculins et féminins se répartissant de façon à peu près équivalente. Aujourd’hui on estime qu’un couple sur 6 consultera un jour un médecin pour ce problème.

Quelles sont les principales causes de la stérélité ?

On distingue schématiquement les stérilités féminines (30%), les stérilités masculines (30%) , les stérilités mixtes (20%) et les stérilités inexpliquées (environ 10%)

Parmi les causes de stérilités féminines on retrouve :

  • L’âge mûr : à partir de 35 ans la capacité reproductive diminue
  • Après 40 ans cette capacité tombe en dessous de 10%.
  • Facteur tubo péritonéal : les trompes de Fallope sont atteintes d’une lésion quelconque.
  • Endométriose : le tissu utérin se développe à l’extérieur de l’utérus.

Autres facteurs à risques : fibromes, maladies sexuellement transmissibles, maladies chroniques : diabète, cancer, maladies thyroïdiennes, asthme ou dépression. La prise de médicaments antidépresseurs, tabac, drogues alcool.

Chez les hommes on retrouve :

  • Altérations du tractus génital qui rend impossible le dépôt de sperme au fond du vagin durant le coït.
  • Problèmes d’érection.
  • Altérations au niveau de la production de sperme (mauvaise qualité et faible quantité).
  • Anomalie du méat urinaire ; courbures très prononcées du pénis.
  • Obésité extrême.
  • Exposition aux perturbateurs endocriniens.
  • Consommation de drogues (cannabis), tabagisme, alcoolisme

Quel bilan proposer aux couples infertiles ?

Du coté féminin le bilan comportera outre l’interrogatoire et l’examen clinique des examens de laboratoire : bilan hormonal (œstradiol, FSH, LH AMH, prolactine, TSH) et des sérologies (chlamydiae, HIV, Rubéole), mais également un bilan radiologique avec une échographie et parfois une hystérographie qui une radio avec injection par le col utérin d’un produit de contraste qui va permette d’apprécier notamment la perméabilité des trompes.

Du coté masculin les explorations de base sont la pratique d’un spermogramme et en cas d’anomalies de celui-ci d’une échographie testiculaire, d’un bilan endocrinien ou génétique.

Dans certains cas des explorations plus élaborées peuvent s’avérer nécessaire et une prise en charge dans un centre spécialisé sera conseillée.

Quand doit-on opérer une patiente infertile ?

La chirurgie peut trouver sa place dans de nombreux cas d’infertilité d’origine gynécologique. Il est parfois nécessaire d’enlever un polype utérin, un fibrome , de sectionner une cloison utérine par hystéroscopie.

De la même façon on peut réaliser des coelioscopies pour traiter une endométriose, des adhérences, une obstruction tubaire, un kyste ovarien.

Parfois un bilan endoscopique chirurgical peut être proposé en cas de stérilité inexpliquée.

En pratique comment fait-on si on a besoin d’une procréation médicalement assistée ?

Il existe aujourd’hui de nombreuses techniques d’aide à la procréation (induction de l’ovulation, insémination, FIV, ICSI, préservation de gamètes, don de gamètes) La majorité de ces techniques sont réalisés dans des centres agréés. Ces centres sont localisés à Marseille et sont localisés autour de 3 établissements de soin :

  • Hôpital de La Conception
  • Hôpital Saint Joseph
  • Clinique Bouchard

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales